FSU Essonne

Anne-Marie ROUSSEL réélue secrétaire du CHSCTD (Education nationale) de l’Essonne

mardi 24 mars 2015 par Webmestre

Déclaration de la FSU 91 au CHSCTD (Education nationale) du 19 mars 2015

Monsieur le Directeur Académique,

Aujourd’hui se met en place le CHSCTD pour sa deuxième mandature. Il faut bien prendre la mesure de la tâche qui nous attend, d’autant plus que les moyens que l’on se donne dans le département pour la prévention sont parfois dérisoires. Depuis six mois, les travaux de notre instance pâtissent de l’absence de conseiller de prévention départemental, dont le recrutement tarde, et de dates de réunion reportées de nombreuses fois. Le calendrier des visites d’établissement est devenu obsolète. Notre médecine de prévention est réduite à un minimum qu’on ne peut pas qualifier de « syndical » : un seul médecin de prévention depuis huit mois pour l’ensemble des agents de notre département. Il existe pourtant une réelle demande de nos collègues puisque les actions menées par la MGEN 91 (stage sur la voix, contrôle auditif...) ont un vrai succès. Malgré notre travail de réalisation de plaquettes d’information, le CHSCT avec ses actions et ses prérogatives reste méconnu de la grande majorité des agents de l’académie de l’Essonne, et beaucoup trop de chefs d’établissement, d’IEN, ignorent encore l’existence de registres obligatoires. Pourquoi et que faire pour remédier à cette situation ? La formation des agents à la prévention figure naturellement parmi les réponses. Nous demandons qu’un vrai plan de formation sur le temps de travail soit mis en œuvre (formations initiale et continue).

Nous réitérons le vœu exprimé par la FSU au CHSCT-Académique lors de sa dernière réunion, de favoriser les échanges avec les autres CHSCT-Départementaux et Académique pour profiter des avancées de chacun.

Au cours de la précédente mandature, un GT s’est attelé à la réalisation et l’installation des registres de sécurité. Bien que ceux-ci soient utilisés encore de manière largement insuffisante, des données peuvent en être extraites et analysées pour d’une part voir si les réponses du CHSCT aux problèmes soulevés sont adaptées, et d’autre part pour en déduire des actions de prévention.

Depuis 2013, la prévention des risques psychosociaux a été déclarée comme étant l’une des priorités du ministère de l’éducation nationale et une circulaire de Mai 2014 propose un échéancier pour l’année 2015 en matière de bilan et de mise en place d’actions. La notion de santé au travail a évolué au cours des ans puisqu’il s’agissait au début de réparation, puis de prévention, pour arriver à l’idée de qualité de vie au travail. Mais il est bien difficile de parler de qualité de vie au travail, alors que les agents de la fonction publique ne voient pas la juste reconnaissance de leur travail, avec le blocage de leur rémunération depuis 2010 et que les réformes s’empilent, changeant les conditions de travail des agents sans que leur impact sur la santé soit reconnu (réforme des agences comptables pour les personnels administratifs, des rythmes scolaires pour le premier degré, changement de discipline pour les PLP ou les professeurs de STI2D ou de STMS). Quelle est la qualité de vie au travail des enseignants devant l’injonction contradictoire de « faire mieux avec une DGH amputée et insuffisante » ? Quelle est la qualité de vie des chefs d’établissement qui jouent le jeu de la transparence avec leur équipe et qui doivent mettre et remettre l’ouvrage sur le métier parce que les moyens annoncés ne sont pas ceux qui arrivent ?
Et que dire de la qualité de vie au travail des collègues enseignant en collège, qui découvrent la méconnaissance et le mépris de leur travail par Madame la Ministre, pour qui « le vrai problème qu’on a aujourd’hui au collège, c’est que les élèves s’ennuient » ?

Dans l’Essonne, le CHSCTD a été saisi à de nombreuses reprises par des collègues qui rencontrent une grande souffrance au travail dans le cadre de relations conflictuelles entre personnels ou d’inspections vécues comme des inspections « sanctions » ou infantilisantes. Nous demandons que ces situations, parfois très graves pour la santé psychologique de nos collègues, soient analysées et que des préconisations en soient déduites pour mettre une place une vraie prévention. La prévention des RPS doit donc être un axe d’action prioritaire de cette nouvelle mandature, en utilisant les travaux menés sur le sujet au niveau académique par le groupe de travail RPS concernant les indicateurs, les situations à risques et les propositions de pistes d’actions. Nous demandons qu’un calendrier soit proposé et entériné lors de la tenue du prochain CHSCTD, au mois d’avril.

Enfin, nous regrettons qu’en raison d’un problème de lunettes, l’Éducation nationale demande le retrait de l’éclipse solaire.

Vœu adopté à l’unanimité en séance :

Le Ministère de l’Education Nationale a choisi de mettre en œuvre un logiciel de formation à distance « M@gistère ». Il l’a fait sans aucune consultation d’aucun CHSCT à quelque niveau que ce soit et ce en contradiction avec l’article 57 du décret 82-453 modifié.
Compte-tenu des nombreux problèmes posés par cette formation à distance, le CHSCT départemental de l’Essonne demande que celle-ci n’ait lieu que sur la base du volontariat et qu’aucune sanction ne soit engagée à l’encontre des collègues qui ne veulent pas entrer dans le dispositif, et qu’une véritable formation soit mise en place.

Pour joindre Mme Anne-Marie ROUSSEL, secrétaire du CHSCTD : Mél : ce.chsctd-sec-91@ac-versailles.fr Téléphone : 06.17.48.40.66

Voir aussi sur le site : Quand et comment saisir le CHSCT Départemental de l’Essonne ?










RSS fr | Contact | Plan du site | Espace privé | Spip + Alternatives